7 besoins fondamentaux pour développer un attachement interne sécure

Le but de la thérapie du lien est de retrouver un sentiment interne de sécurité suffisant pour vivre sereinement

Ces 7 besoins nous les avons tous et toutes. Ils sont « normaux ».

L’attachement interne sécure est la source de la possibilité d’être en sécurité en étant relié. 

Cet artice doit beaucoup à Deirdre Fay.

Faire partie de : le sentiment d’appartenir est le contraire du sentiment qu’il y a chez soi quelque chose qui ne va pas. Appartenir c’est sentir qu’on est acceptable, accepté, qu’on fait partie du genre humain. Se sentir en sécurité en étant relié permet alors de s’appuyer sur un autre. Ce sentiment développe aussi la légitimité à exister, à exister parmi les autres.

La thérapie propose de reconnaître l’existence de ce besoin (il est “normal”, “humain”), de retrouver s’il a été suffisamment nourri et de reprendre son développement afin de se réconcilier avec sa légitimité à exister.

besoin sécure appartenance

Harmoniser : sentir que quelqu’un s’intéresse à moi, pour ce que je suis (non pour juger, projeter ou rejeter), que quelqu’un m’écoute vraiment. Cette relation aussi appelée accordage renforce le sentiment de légitimité, l’acceptation de soi, par le fait d’être vu, connu et reconnu. Cela procure le sentiment d’exister.

S’harmoniser avec l’autre c’est la capacité à percevoir et interpréter les signaux qu’il nous adresse, verbaux et non verbaux. Elle est fondamentale dans les premiers mois de la vie pour que l’enfant, puis la personne adulte, développe un intérêt pour lui. S’il y a eu manque ou insuffisance de lien accordé dans l’enfance, la thérapie du lien et notamment la Gestalt thérapie, offre un espace thérapeutique pour vivre un lien qui reconnaît complètement la personne dans ce qu’elle est et ce qu’elle vit. 

Le besoin de sécurité est un besoin fondamental :

Rassurer : c’est grâce à la présence d’un autre que nous pouvons nous calmer, l’autre qui va nous rassurer, nous aider à vérifier qu’il « n’y pas de monstre sous le lit », que notre peur n’a pas de raison d’être. Et cela va nous permettre de nous calmer seul ensuite : je peux être en sécurité avec moi-même.

Toute situation d’alarme déclenche un système d’alerte chez une personne. Si nous avons la possibilité de détecter, d’une façon suffisamment adaptée, ce qui est dangereux ou pas, nous déclenchons nos alertes plus à propos. Pour permettre cette régulation, la thérapie cherche à développer la sécurité intérieure, l’auto-rassurance. 

 

Ravir de joie : que quelqu’un soit ravi par nous, enthousiaste, nous permet de nous sentir unique, d’être fier, conscient de notre valeur. C’est la nourriture narcissique dont nous avons besoin, avec la conscience que nous sommes tous uniques. Cela nourrit l’estime de soi.

La capacité de s’émerveiller est fondamentale pour soutenir la croissance de tout être humain. Et ce à tout âge, nous pouvons développer notre estime personnelle en recevant (et acceptant de recevoir) des signes de reconnaissance (strokes). 

Une base de sécurité permet d’aller explorer le monde :

Guider : développer la confiance en soi grâce aux personnes qui ont su nous guider, nous aider dans nos apprentissages, qui ont su tolérer nos erreurs, en faire des espaces de progression, et n’ont pas fait à notre place mais nous ont laissé essayer par nous-mêmes : en nous aidant à décortiquer le complexe pour le rendre accessible. Cela apprend à s’orienter dans la nouveauté.

Ces besoins, quand ils sont nourris, permettent de :

Réparer les conflits : expérimenter qu’il n’est pas nécessaire de se couper pour survivre à un conflit, mais que l’on peut accepter la divergence, l’opposition, on peut aussi accepter de s’être trompé. Alors la personne peut rester entière.

Ne rien prendre personnellement : ne pas faire des événements, des propos, quelque chose de personnel, ne pas s’y accrocher. 

On retrouve ici le 2ème accord toltèque : ne pas avoir besoin d’avoir raison, ne pas courir après l’acceptation. Cela nécessite une sécurité intérieure permettant de ne pas se sentir agressé, attaqué par les propos ou les réactions des autres.

thérapie besoins accords tolteques