La thérapie avec les sous personnalités  – Comment fonctionnent nos sous personnalités.

Petit rappel : La question est de savoir qui conduit notre vie, selon les circonstances, l’état de la route, les embûches

C’est comme si nous étions un autocar scolaire rempli de personnalités « intérieures », de tous âges (ado, adultes aussi) – certains sont « managers » : ils essaient d’éviter le danger. D’autres sont « pompiers » : ils prennent le volant en situation d’urgence. D’autres encore sont « exilés », nos parties les plus vulnérables. Les exilés ont rarement le volant. Et quand ils l’ont c’est une sous-personnalité très “dérégulée” qui prend les commandes.

voir l’article complet… 

S’identifier à nos parties désactive notre système immunitaire. Toutes ces parties qui s’activent provoquent une série de réactions de stress dans le système nerveux, inondant le corps d’hormones de stress, qui perturbent le système immunitaire.

L’IFS et le travail des sous-personnalités en thérapie, 

au contraire, facilite la détente de vos parties. Le système nerveux est rétabli dans sa réponse de relaxation, qui libère d’autres hormones préparant votre système immunitaire à être pleinement fonctionnel.

L’objectif principal de l’IFS est

  • de trouver les exilés que les parties managers et pompier protègent
  • de procurer un soutien extérieur d’abord puis intérieur à ces exilés,
  • de rassurer les protecteurs afin qu’ils acceptent de tester de nouveaux comportements, de nouvelles réactions

Ainsi, la personne étant soutenue et comprise, les protecteurs donneront au Self la permission de vous mettre en lien avec vos exilés et d’être comme un parent pour eux, alors vous pourrez les “décharger” et les guérir. Ensuite, vos protecteurs pourront changer de rôle pour un rôle qu’ils préfèrent.

Nos sous personnalités “protecteurs”

Managers et pompiers sont appelés « protecteurs».  Ils sont  là pour empêcher de souffrir. Leur rôle est de nous éviter de nous sentir mal, que quelque chose du passé se rejoue, donc de contacter nos exilés (parties vulnérables à protéger).

personnalités protecteurs

Les protecteurs ne perçoivent le monde extérieur qu’à travers le filtre de leurs peurs. Ces peurs s’originent dans le passé, quand il y a eu un manque de soutien intérieur et extérieur. Le manque de soutien intérieur est lié au fait que le cerveau du petit enfant se développe progressivement, n’a pas la maturité à l’époque pour analyser comme le ferait une personne adulte. Le manque de soutien extérieur est lié à une défaillance – réelle et/ou ressentie par l’enfant – des figures d’attachement.

Quelques exemples de managers (ceux qui essaient de repousser le danger) – les parties maniaques du contrôle, les parties inquiètes, ou encore auto-critiques, celles aussi qui ne sont jamais à la hauteur, ou qui veulent toujours se débrouiller seules (les autres ne peuvent rien  pour moi) les parties phobiques…

sous personnalités thérapie

Les parties pompiers constituent la deuxième ligne de défense.

Leur mission est de stopper net toute émergence de souffrance et d’émotion négative. Quand le manager est jugé insuffisant pour protéger l’exilé.  Il est le gardien de la porte derrière laquelle sont nos parts blessées.

Les pompiers sont  dominés par la peur d’une menace imminente. En fait, il tente d’éviter à tout prix la reproduction du trauma. Cette partie a appris à ne compter que sur elle-même. Comme pour les managers, l’avenir est vu avec le filtre du passé, il n’est que répétition du passé.

Leur comportement est impulsif (colère, compulsions, abus de drogue ou d’alcool, accès boulimique… pouvant aller jusqu’au suicide). La personne a l’impression de perdre le contrôle (elle est agie par le pompier) et incapable de changer de fonctionnement. Cela lui vaut rejet et condamnation.

Il ne faut jamais oublier que ces parties pensent nous protéger. Elles essaient de faire en sorte que nous ne soyons pas submergés par les émotions des parties  vulnérables « exilés » qu’elles protègent.

Nos sous personnalités exilés (enfant intérieur)

Un exilé est une partie qui, à la base, est dans un élan (élan d’attachement, élan vital)  : de façon innée, l’enfant cherche l’attachement, c’est un élan vital pré-programmé. Il cherche à être reflété à l’extérieur dans ce qu’il vit.

Si les besoins vitaux (se sentir aimé / en relation / en sécurité…) ne sont pas satisfaits, il y a trauma. car il n’y a pas eu de soutien, ni extérieur ni intérieur (à la différence d’une « expérience négative »). Cela entraîne un  clivage : la part blessée est isolée, la crispation est enregistrée. Elle est appelée « fardeau » en IFS. L’exilé est détenteur des émotions que les autres parties ne veulent pas voir.

C’est parce que l’exilé risque de ressurgir que les protecteurs arrivent. Ce sont des personnalités comme : impuissantes, désespérées, sans valeur, terrifiées, inutiles et honteuses, porteuses de croyances “je ne suis pas aimable” ou “je ne mérite pas d’être là »…

La thérapie fondée sur le travail des sous personnalités vise à apporter la sécurité suffisante pour que l’exilé puisse se dire, pour qu’il soit accepté et protégé différemment.