Importance des liens en Gestalt thérapie

C’est par les liens que nous nous développons tout au long de notre vie.

Cependant les tous premiers liens de notre vie vont influencer ceux que nous formerons ensuite.  Ils vont leur donner une couleur spécifique. Ce sont ces premiers liens que la théorie de l’attachement étudie particulièrement. Ils conditionnent notre sécurité intérieure et la façon dont nous allons vivre la proximité.

Ces premiers liens ont en effet un impact particulier sur le cerveau d’un bébé qui n’est pas encore complètement achevé : ils vont être mémorisés sous forme de sensations (le bébé n’a pas encore acquis la parole), créant des souvenirs implicites, plus difficiles à se remémorer parvenu à l’âge adulte. 

                   En Gestalt thérapie, la prise en compte de l’importance des liens pour l’humain aboutit à une conception différente de « l’individu». Ce qui est central n’est pas l’individu mais comment il est relié. L’identité est basculée depuis un « intérieur » isolé vers le contact d’un être à son environnement. L’individu isolé n’existe pas, il est toujours lien. 

L'attachement : un besoin inné

Nous naissons avec de façon innée un besoin de lien. sans doute est-ce parce que nous naissons dans un été de dépendance totale, question de survie ! Cette aptitude à être en lien va être très impactée par les premiers liens que nous allons vivre. 

Si la réponse de l’environnement est plutôt ajustée, un type attachement dit sécure va pouvoir se mettre en place. 

 

La réponse ajustée

il n’est pas réaliste d’attendre d’une figure d’attachement qu’elle agisse toujours parfaitement : comprendre chaque cri ou geste du bébé, être instantanément disponible… mission impossible et même inutile : 

Un enfant est capable de tolérer un certain degré de frustration et, à mesure qu’il grandit, ce seuil s’élève. Une absence temporaire, une impatience, ou une incompréhension à certains moments ne lui feront pas de tort sur le plan émotionnel.

A quoi ça sert :

à développer un sentiment d’être en sécurité, de confiance en soi et dans le monde (puisqu’il répond majoritairement à mes besoins/demandes)

mais aussi à apprendre comment réguler nos émotions, puisque la personne qui s’occupe de nous nous montre le chemin (neuronal)

enfin c’est à partir de cette sécurité que nous allons oser « affronter » le monde pour devenir peu à peu autonome

attachement Gestalt

Bonne nouvelle

Même si nous avons eu dans notre prime enfance un attachement insuffisamment sécure, nous pouvons, tout au long de notre vie, acquérir plus de sécurité : rencontrer des personnes « sécures », établir des liens qui vont compenser nos lacunes… et bien sur c’est ce que vise la psychothérapie.

L’implication du thérapeute dans la relation, en Gestalt thérapie, vise à rencontrer l’autre, à lui offrir suffisamment de sécurité relationnelle pour expérimenter des nouveautés et à l’accompagner dans la croissance de ses ressources.

Voir mon article inspiré de Charles Pépin…