Je vais vous révéler ce qui, pour moi, a créé un déclic important, grâce à la Gestalt-thérapie.

Pour commencer, je vais vous parler de Copernic : il a découvert que ce n’était pas le soleil qui tournait autour de la terre mais l’inverse. Cela était une véritable “révolution”.

Pour moi, cette révolution a eu lieu quand j’ai compris que ce n’était pas mon “Ego” qui était au centre de ma vie, mais que j’étais comme un satellite dans un environnement changeant.

S’attacher à son ego c’est rendre son propre monde rigide, le voir à travers toujours les mêmes représentations, et empêcher le développement de soi. c’est ce que la Gestalt traduit en termes de “champ organisme- environnement”.

Ego et personnalité

Dans l’Ego, le sentiment d’identité est beaucoup plus fort que dans ce que nous nommons « personnalité » ou « je » (cf. extrait ci-dessous). 

Cependant, la personnalité, ce sentiment de continuité d’exister et d’unité,  nous est utile car elle nous permet de relier un ensemble de situations changeantes, d’intégrer nos pensées, ressentis, émotions et la perception de notre environnement en un tout cohérent.

Il s’agit dès lors de délaisser une conception de l’homme comme sujet humain pré-constitué, mais comme toujours et encore pouvant être modifié et se développer grâce au contact, au lien, à la relation. Sans se perdre pour autant.

C’est ce que les théories actuelles de l’attachement mettent aussi en avant.

Ce que la Gestalt thérapie a changé pour moi

Me libérer de ma peur : si j'accepte d'être modelée par l'environnement, si j'ai confiance que cela ne va pas altérer le sens de qui je suis, alors je n'ai plus peur ! Et je peux rencontrer l'autre...

En thérapie il s'agit alors d'être suffisamment rassuré sur sa capacité à "continuer d'exister", à ne pas se perdre, pour pouvoir rencontre l'autre sans crainte.

gestalt-bosschaert-albi
Extrait de "Trois amis en quête de sagesse"
Extrait de "Trois amis en quête de sagesse"Matthieu Ricard
Lire la suite
Nous prenons notre moi (notre ego) pour une entité unique, durable et autonome. C'est sans doute utile pour fonctionner dans l'existence, mais est-ce une réalité?
suite de l'extrait - la personnalité
suite de l'extrait - la personnalitéMatthieu Ricard
Lire la suite
Quand je vois une photo de moi petit, je me dis "ce gamin qui fait du vélo c'est moi". Depuis cette époque, j'ai fait toutes sortes d'expériences, mon corps a vieilli, mais je me dis "c'est toujours moi". Le "je" vit dans le présent (...) il correspond à notre état actuel. La notion de personne reflète notre histoire, sa continuité dans le temps permet de relier les représentations de nous-mêmes qui appartiennent au futur et celle qui concernent le passé. Reste l'EGO...
Toujours la suite : l'Ego
Toujours la suite : l'EgoMatthieu Ricard
Lire la suite
Spontanément nous considérons que l'Ego constitue le coeur même de notre être. Nous le concevons comme un tout indivisible et permanent qui nous caractérise de l'enfance à la mort (...) Bien que notre conscience soit par nature un flot dynamique en constante transformation, nous ne pouvons nous empêcher de nous imaginer comme une entité distincte semblable à un bateau descendant le lit d'une rivière.
et la cristallisation de l'Ego
et la cristallisation de l'EgoMatthieu Ricard
Lire la suite
Une fois que la perception d'un "je" et d'une "personne" s'est cristallisée dans ce sentiment d'identité beaucoup plus fort qu'est l'Ego, nous voulons protéger et satisfaire cet ego. Nous manifestons de l'aversion pour tout ce qui le menace et de l'attirance pour tout ce qui le conforte(...) L'ego n'est qu'un étiquette mentale apposée sur un processus dynamique.
Précédent
Suivant